Nos réunions pour l’année

Image Publié le

flyer année 2015-2016

Publicités

50 nuances de Grey: une analyse féministe 3/4

Publié le Mis à jour le

Cet article fait partie d’une série en quatre parties. Ci-contre, la partie 1 et la partie 2.

Par Anne B.

Comment 50 nuances de Grey est-il parvenu à vendre le sadisme sexuel aux femmes, et faire croire que ce n’est pas de la violence mais de l’amour et de l’érotisme ?

Adaptation de l'original par T.
Adaptation de l’original par T.

3) Le produit est vendu comme une histoire d’amour

50 nuances puise dans les codes romantico-glamour pour recouvrir la violence d’une aura d’amour. L’homme est la quintessence du prince charmant – richissime, beau et jeune – le supposé rêve inespéré de chaque femme sur terre d’appartenir à un tel homme (en effet, ils incarnent tout ce dont nous sommes dépossédées dans le patriarcat).

L’enjeu du récit, la tension qui tient en haleine c’est est-ce que Christian-le-millionnaire-maniaque-de-contrôle finira par tomber amoureux d’elle, et deviendra le vrai prince charmant dont elle rêve ? Une fois ce cadre posé, il blanchit tous les crimes de l’homme.

Pour effacer la souffrance qu’il lui inflige, le roman ne se contente pas de décrire la réaction génitale traumatique aux violences comme du désir sexuel; il célèbre aussi l’amour sacrificiel d’Anastasia, qui pardonne toutes les violences de l’homme.

Or ce que le livre fait passer pour de l’amour… Ne l’est pas.

Lire la suite »

Vidéo pédagogique : « C’est quoi le sexisme ? Quel lien avec les violences ? »

Publié le

Une vidéo pédagogique sur le lien entre le sexisme et les violences des hommes faites aux femmes, publié par le centre Hubertine Auclert en juin 2015:

Lire la suite »

50 nuances de Grey: une analyse féministe 2/4

Publié le

Cette violence, décrite ainsi, paraît choquante. Alors pourquoi ne la voit-on pas en la lisant ?

Nous sommes nombreuses à ne pas y voir la violence décrite ci-dessus, ou à se dire, au mieux, que c’est « mal écrit ». Comment se fait-il ?

La majorité des femmes n’aiment pas la pornographie. Dans la pornographie masculine, les femmes n’y existent très clairement qu’en tant qu’objets utilisés pour le pilonnage des hommes, et la porno ne prétend pas faire croire qu’il s’agit d’autre chose que de cela, même si la femme est montrée en jouir. Ces images nous choquent le plus souvent, nous dégoûtent, ou au pire ne nous paraissent pas crédibles. Et le sujet de ces images est de toute façon l’homme, ou plutôt, son pénis qui assaille les orifices des femmes. Il est impossible pour quiconque de s’identifier à la femme-objet telle qu’elle y est présentée (avilie, chosifiée), et les femmes ne se reconnaissent pas dans cette figure de s… et soumise absolue.

50 nuances de viol a opéré un tournant, car il a réussi à vendre de la violence sexuelle explicite à un public de masse de femmes là où la pornographie dominante ne les atteignait pas jusque-là. Pas en consommatrices directes en tous cas. Même si évidemment, cela fait des décennies que nous subissons l’impact de l’escalade de la culture pornographique et la propagation des pratiques prostitutionnelles brutales vendues comme « libération sexuelle ».

Comment 50 nuances de Grey est-il parvenu à vendre le sadisme sexuel aux femmes, et faire croire que ce n’est pas de la violence mais de l’amour et de l’érotisme ?

Image reconstituée par T.
Image reconstituée par T.

Lire la suite »

Le blog « comment peut on être féministe »

Publié le Mis à jour le

C’est avec joie que nous partageons la découverte du blog « comment peut on être féministe« . Voici des extraits de certains de ses articles:

Sur le partage des tâches ménagères: 

Le partage des tâches, enjeu féministe primordial : « Et toi, concrètement, comment tu fais ? » Ben je fais comme ça. Comme un mec, oui »

– Pour le ménage : j’estime qu’il y a des territoires communs et des espaces privés. Les chambres de mes gosses sont des espaces privés, dans lesquels mon amour de l’ordre et de la propreté n’ont pas voix au chapitre. J’exige d’eux le respect de mon travail, je considère donc de mon devoir de respecter leur univers et leur espace. Leur bordel n’a pas à me perturber. Ma seule exigence est un nettoyage une fois par semaine afin de préserver l’hygiène globale du domicile. J’ai montré comment faire (utiliser l’aspirateur, le chiffon à poussière etc) et ils se débrouillent. Avec mon aide lorsqu’ils étaient plus petits, seuls maintenant. Il est arrivé que les enfants renâclent, à base de « oui mais la mère de Quentin elle le fait, ELLE ! ». J’ai donc fait les sommations d’usage puis posé le marché suivant : « Ou vous faites ce petit minimum que je vous demande, et je continue à respecter votre bordel et votre autonomie dans l’organisation de vos chambres, ou vous me faites chier pour ce malheureux coup d’aspi hebdomadaire et je vous traite comme des bébés dont je serai la domestique : je m’occupe de vos chambres et je fais ingérence dans tout. » Résultat cool. Ils gèrent leur merdier à leur guise et évitent le bouillon de culture.

… – J’ai du apprendre à ne pas faire à la place des autres, à voir des choses faites différemment, à lâcher du lest et à trouver normal de ne pas me surmener. J’ai du apprendre à dire non, et à encaisser les remarques écœurées et outrées des autres femmes qui me disaient « Eh ben dis-donc, si tout le monde faisait comme toi… » (Sous-entendu  : « si tout le monde faisait comme toi, tout partirait en sucette »). Et j’ai appris à répondre : « En fait je pense que tu aimerais bien faire comme moi. Parce que toi, après avoir bossé toute la journée et torché le cul de tes gosses toute seule, à 23 heures, tu repasses pendant que ta famille glande sur le canapé. Si tu penses que c’est ça l’ordre des choses, ça mérite peut-être d’y réfléchir un peu, non ? »

Lire la suite »

50 Nuances de de Grey: une analyse féministe – 1/4

Publié le Mis à jour le

Par Anne B.

Adaptation de la couverture originale par T.
Adaptation de la couverture originale par T.

La stratégie médiatique de 50 nuances de Grey

50 nuances de Grey, écrit par la Britannique Erika L. James est un roman en trois tomes tiré d’une fanfiction sur l’univers de Twilight. Il a été vendu à 70 millions d’exemplaires dans le monde, et principalement à des femmes. C’est à l’occasion de la Saint Valentin que son adaptation en film est sorti, appuyé d’un battage médiatique massif.

Écrit comme un roman d’amour, les médias le qualifient aussi de roman « érotique », voire de « Mommy porn » [pornographie pour maman]. Ce qui a largement contribué à en faire un best-seller c’est l’aspect scandaleux du livre, car l’auteur y décrit des pratiques « sadomasochistes » adressées aux femmes, en leur promettant une histoire émoustillante … une forme de pornographie à leur portée.

Nous allons voir combien ce livre n’a rien de la « libération sexuelle » qu’il prétend défendre.

En quoi est-ce de la pornographie ? Et pourquoi faut-il une version « pour les filles » ? Je démontrerai ici que pour vendre aux femmes le sadisme qui caractérise la pornographie dominante, il faut l’enrober de sentiments, le recouvrir d’un vernis d’amour. Je décrirai d’abord les formes de violences qui caractérisent la relation entre les protagonistes et ferai un parallèle entre les pratiques décrites et la pornographie de masse. Puis je montrerai comment cette violence est masquée par un discours sur la jouissance, le choix individuel et le sacrifice au nom de l’amour.

Lire la suite »

8 mars: un hommage à toutes les femmes par le groupe Lesbiennes of Colour

Publié le Mis à jour le

8 Mars, journée internationale des droits des Femmes: le groupe Lesbiennes Of Color souhaite rendre hommage à toutes les Femmes et Lesbiennes qui résistent au quotidien qui contournent les lois des hommes, qui s’en moquent, qui les combattent par leurs actions individuelles et collectives à celles qui s’organisent, dans leur village, dans leur ville en faisant la chasse aux violeurs et résistent aux prédicateurs de tous bord. A toutes celles qui luttent pour que les filles aient accès à l’école. A ces femmes résistantes qui protègent les petites filles en leur transmettant leur droit de dire Non. A toutes celles qui vont là où elles ne sont pas admises.

A toutes ces Femmes qui sortent de l’ombre en luttant pour leur autonomie.

SUJANA RANA responsable de NARI association de féministes népalaises au Liban sous l’ action de Sujana Rana, « les bonnes à tout faire », les cuisinières, employées de maison, les nounous du Liban se sont syndiquées.

MIRA BOASHAK porte parole du syndicat des ouvrières du textile au Bangladesh après la catastrophe du Rama Plaza elle subit plusieurs attaques de la part des patrons mais elle continue son combat.

SARA BAHAYI la première femme taxi d’Afghanistan

MAXIMA ACUÑA DE CHAUPE au Pérou lutte contre une multinationale minière

AMIRA OSMAN HAMED, une militante soudanaise des droits des femmes, est toujours sous le coup d’une inculpation de « tenue indécente » pour avoir refusé de porter le voile. Elle a été arrêtée le 27 août 2013 par la police de l’ordre public pour avoir refusé de couvrir ses cheveux avec un foulard.

AMINETOU MINT EL MOCTAR présidente de l’Association des femmes chefs de famille en Mauritanie, célèbre pour son engagement pour la défense des droits des femmes et contre l’esclavage, militante est aujourd’hui menacée de mort par un groupe intégriste. Dans son combat pour la défense des droits des femmes, elle s’est notamment confrontée à l’inertie du pouvoir très influencé par le pouvoir religieux (les oulémas).

TASLIMA NASREEN écrivaine, poète, féministe d’origine Bengalie expulsée de son pays après une fatwa où sa tête fût mise à prix. Après 21 ans d’exil en Suède et en Inde et pas moins de 7 fatwas elle continue d’écrire. Ses livres sont interdits au Bangladesh mais des copies permettent aux femmes de lire ses livres.

Lire la suite »